dimanche 17 janvier 2016

Carnet rouge


I

Le poète presse la nuit dans une insomnie évidente

    en tirer quelques vers par la plume armée

     coucher la pièce sur le carnet rouge

                                                clé du songe

                                                    émotion au bout fol

ton regard épris du désir tend la liberté à ses joues empourprées

il refuse la lumière triste des absents

                                               goûte peu l'avis du semblant

     plonge sans peur dans ton envie


II


En son repère

                         il tanne le cœur sur un coin de bois

                         il note
                                 vite

le silence veille
               unique allié claqué par la pluie curieuse

affleurent les mots
                 nuée collant l'esprit serré

la plume glisse ses jouets

les vers s'esquissent sur le carnet
                                 son papier blanc
                                                        lisse
                                                           tâché



III


"Comment te dire?

Toi dont le regard pourfend tous mes refus
               tes cheveux déliés au nu des bougies

Toi dont le désir fuit le goût du parfait
                tes yeux clos sur le fol attrait du plaisir

Toi dont le cœur tremble à lire ce festin
                tes seins livrés aux beaux desseins des lèvres "

Le poète brasse le sens d'une page noircie
conjure l'esprit du jour et son corset de raison

Ô bazar ou le baiser au hasard !



IV

              Là

se jouent vos existences irrésolues sur l'évidence

vos pas bossués menés par sa voix toute absolue



V


Toi

ta peau griffée

ses dessins du vrai fragile

brûle un réel imbécile et son vil éphémère

Au poète

son art de peu

en habituels de temps incertains

ce je sur le feu de cassures assassines



VI



Être

ressort creusé de nos appétits décalés

clé négligée de tes manques au secret 

Être 

claustra de mes fureurs

ronce de tes couleurs

Être

nous

en revers de l'insoupçonnée
éclos à la croisée sans foi        
                        "



VII


Le poète fait face au soir en solitaire

les volutes musent autour du visage toussant les peurs à venir

l'ange tatoué n'est que sourire muet
en noir et blanc sur papier glacé

le poète coud la solitude imprenable sur ses doutes

écrire

pour se taire et se fuir

l'incertain prolonge le jeu

le poète ne vit que de vivre


"Vivre avec ses passions suppose qu'on les a asservies." Albert Camus