mercredi 28 septembre 2016

Passion


le corps vacille
  le cœur trépigne
    le doute s'immisce

l'esprit sait
                 clore les débats d'une passion amoureuse

le poète ose contredire par l'absence les certitudes qu'elle bâtit pour lui

il tombe les derniers vers depuis la terrasse du bar
                                           dans la rue où la vie fait son cinéma
                                                           où l'amour fait le trottoir
                                                         où flânent Les enfants tristes
                                           en quête d'une Commune présence

le poème telle une lettre aux Plis perdus

tu es adorable mais son âme navigue dans des eaux par trop inaccessibles

de loin en loin les maux s'apaisent malgré le retard pris sur votre amour

vendredi 22 janvier 2016

Dandy ou la naissance du poème

I

Il promène son vide dans la nuit
                   son allure incertaine
                          en régate enivrée d'absolu

Son air neuf

   fou
     doux
           tirant le corps au-delà du trait

II

Il ose le bar


III

Il est neuf dans le décor
                 sans poussière ni faux pli

sa tenue pleine
               attend les traces du temps las

Il faufile sa démarche polie parmi le nuage d' habituels assis

ils écoutent en silence le nouveau joueur

ils prient


IV

Il se pose

un coin de banquette

une table
       ronde
         bancale

Il déballe le matériel
                                 actif après quelques lampées de blonde amère


V

Elle veille
               en remède aux instants multiples

douleurs enchaînées face à l'absence

                                              assise
                                    infernale
                           obscène

VI

La plume joue son geste délicat
                décale sans remords les remous enfiévrés du dehors

ils rient


VII

Il gifle sa tristesse imbécile sur les lignes d'un carnet rouge

se dépouille d'un désir
                                   fou en prêt-à-tout
                                          à porter le rien
                                                       ce pain quotidien du banal

froissé d'une phrase
ferme
           comme l'on claque le livre enfin fini
                                      vide à en lever le suivant


VIII

Il creuse son histoire


IX

Au zinc les pieds-nus et sots menus toisent ce non adéquat
                                                                         debouts
                                          pseudos marginaux
ils ont quitté la fête
                         
ce ptit monde rabougri tend l'allure idéale au miroir du semblant
                           
faussaires mis au défi du réel

ils fuient



X


Il jette le coeur sans bavardage dans l'incertain décalé

bazar né d'un baiser au hasard



Et le poème vit




dimanche 17 janvier 2016

Carnet rouge


I

Le poète presse la nuit dans une insomnie évidente

    en tirer quelques vers par la plume armée

     coucher la pièce sur le carnet rouge

                                                clé du songe

                                                    émotion au bout fol

ton regard épris du désir tend la liberté à ses joues empourprées

il refuse la lumière triste des absents

                                               goûte peu l'avis du semblant

     plonge sans peur dans ton envie


II


En son repère

                         il tanne le cœur sur un coin de bois

                         il note
                                 vite

le silence veille
               unique allié claqué par la pluie curieuse

affleurent les mots
                 nuée collant l'esprit serré

la plume glisse ses jouets

les vers s'esquissent sur le carnet
                                 son papier blanc
                                                        lisse
                                                           tâché



III


"Comment te dire?

Toi dont le regard pourfend tous mes refus
               tes cheveux déliés au nu des bougies

Toi dont le désir fuit le goût du parfait
                tes yeux clos sur le fol attrait du plaisir

Toi dont le cœur tremble à lire ce festin
                tes seins livrés aux beaux desseins des lèvres "

Le poète brasse le sens d'une page noircie
conjure l'esprit du jour et son corset de raison

Ô bazar ou le baiser au hasard !



IV

              Là

se jouent vos existences irrésolues sur l'évidence

vos pas bossués menés par sa voix toute absolue



V


Toi

ta peau griffée

ses dessins du vrai fragile

brûle un réel imbécile et son vil éphémère

Au poète

son art de peu

en habituels de temps incertains

ce je sur le feu de cassures assassines



VI



Être

ressort creusé de nos appétits décalés

clé négligée de tes manques au secret 

Être 

claustra de mes fureurs

ronce de tes couleurs

Être

nous

en revers de l'insoupçonnée
éclos à la croisée sans foi        
                        "



VII


Le poète fait face au soir en solitaire

les volutes musent autour du visage toussant les peurs à venir

l'ange tatoué n'est que sourire muet
en noir et blanc sur papier glacé

le poète coud la solitude imprenable sur ses doutes

écrire

pour se taire et se fuir

l'incertain prolonge le jeu

le poète ne vit que de vivre


"Vivre avec ses passions suppose qu'on les a asservies." Albert Camus







vendredi 1 août 2014

Le poète creuse son histoire

Clown


Mercredi

Il est minuit au bistrot

La soirée se conclut pourtant

La ville suinte à grosses gouttes dans l’ombre au dehors

La terrasse muette est toute rangée

Les chaises empilées

Les tables rincées

Les verres happés

Par les mains des derniers prétentieux avalant debout leur liquide

Clopin-clopant


Au-dedans le serveur s’active à tout rendre propre

Affolés

Son balai

Sa serpillère

Son gant et son mégot fumant

La musique n’est plus

L’incertain n’a plus de décor pour exprimer son désir de vivre

Et pourtant


Une table résiste

Dans le coin à droite

Un grand blond et un ptit brun

Amusent leurs mains

Autour d’un gros verre tournant à vide

Ils font public face au mec

Sa dernière danse trémoussant un corps

Toujours prêt à défiler devant les glaces

Leur reflet coquin

Pour un égo décentré

En quête de flatterie

D’une voix déraillée

Grillée

Ils applaudissent


S’invite alors le clown

Espoir

Un type haut perché

Vêtu d’un rien chiche

Il sourit au serveur copain

D’un regard imbibé

Il prête ses longs doigts aux touches d’un ptit accordéon

Naissent quelques airs populaires

Fiables

Un duo alors s’improvise

A l’abri du monde déjà endormi

Ne dure point

Qu’importe

Un ptit ballon empli de marron

Récompensera le héros

Vite reparti

Le public fuira aussi


Sauf

lundi 28 juillet 2014

Saint-Do


Les talons hauts perchés claquent en duo le bitume sec
                                                                                   troué
En amont de la rue de la forge
                                   croisant avec Saint-Do


Les bas filés
les jupes racornies
               froissées
la chair indistincte
                               tirent l’œil affuté du poète
                                                                 en vadrouille
                                                                            dans le quartier aux allures incertaines
jouet du vent ciselant son visage fatigué


Une lumière
      fade
         alerte en spot le choix
                                                    Une porte grise
                                                                      défraîchie
                                                     veille dans un coin à droite


     L’entrée étroite suggère les marches
infamantes
excitantes
bancales


 Une échappée de l’ennui

Orage


Ses éclats lumineux brisent le ciel
                                                            lourd
                                                             tendu
                                                             pris

Il crie sur nos vanités bavardes
                  nos jours fixés
                                    figés dans le semblant
                                                            drogue de nos avoirs tristes

Il pleure à flots
                         secoue le décor
                          ses héraults idiots calés derrière les volets clos

Il s’essouffle

Le ballet continue

Il reviendra
                plus fort
                 plus dur


Une lampe éclaire des livres
                                    un bureau
Le halo clignote

Le poète s’éveille

Sa pointe dévale le papier en mots noirs
suit l’appel naturel
Une cadence
L’incertain décalé mène la danse

L’instant vivra
Traces sur un carnet
replié

enfermé

mercredi 13 mars 2013

Rose à la bougie



Narguant la bougie
les pétales secs de rose
brûlent ce silence