lundi 28 juillet 2014

Orage


Ses éclats lumineux brisent le ciel
                                                            lourd
                                                             tendu
                                                             pris

Il crie sur nos vanités bavardes
                  nos jours fixés
                                    figés dans le semblant
                                                            drogue de nos avoirs tristes

Il pleure à flots
                         secoue le décor
                          ses héraults idiots calés derrière les volets clos

Il s’essouffle

Le ballet continue

Il reviendra
                plus fort
                 plus dur


Une lampe éclaire des livres
                                    un bureau
Le halo clignote

Le poète s’éveille

Sa pointe dévale le papier en mots noirs
suit l’appel naturel
Une cadence
L’incertain décalé mène la danse

L’instant vivra
Traces sur un carnet
replié

enfermé